Fashion

dimanche 4 septembre 2016

5 Mythes sur le bonheur dont tu dois absoulement savoir

                            
 "L'homme doit chercher le bonheur, et enseigner les moyens pour l’acquérir, et guider les autres vers le bonheur"
                                                                       Jabran Khalil Jabran
                                                                               

Comment être heureux ?

Voici une très bonne question dont il faut  trouver les bonnes réponses, n’est ce-pas ?

On dit que la nature humaine (et même animale) évite la douleur, et recherche le plaisir par tous les moyens possibles, c’est un mécanisme de survie très profond.

Maintenant, J’ai la certitude, que le bonheur est l’un des niveaux de plaisir les plus suprêmes, et dont on doit lui concéder plus d’efforts, de temps et d’énergie pour l’acquérir.

Pourtant, beaucoup d’entre nous pensent qu’ils le connaissent très bien, mais ils ont des perceptions sur le bonheur basées sur des idées fausses. C’est difficile pour eux de connaitre le chemin vers le vrai bonheur.

 Dans cet article je vais prendre chacune de ces idées fausses et l’évaluer et à la fin de l’article tu auras des nouvelles perceptions.


Idée Fausse 1 : Le bonheur et le plaisir sensoriel sont la même chose. 

Les plaisirs sensoriels se caractérisent par le fait qu’ils sont immédiats, avec des durées limitées, ils sont liés directement aux émotions positives, et à certaines hormones telles que la Dopamine.

Exemples d'activités qui génèrent le plaisir sensoriel : un orgasme, boire un café, manger une tarte aux pommes,  voir un film etc.…

Les plaisirs sensoriels comme tu peux le constater, n’ont pas besoin de beaucoup d’efforts, ni de beaucoup de réflexion.  

Le plaisir de goûter  la première fois une Crème glacée est moins intense que la 2ème fois, avec la 4ème fois ça disparaît complètement…

C’est ce qu’on appelle le processus de l’adaptation, car les cellules Nerveuses sont liées à des connections qui réagissent aux nouvelles informations, et quand des  événements ne contiennent aucune nouvelle information elle n’est pas excitée.

On a même découvert qu’à l'intérieur de notre cerveau, il y'a une zone qui s’appelle « air de Broca » dont le mécanisme se résume sur le fait que tout ce qui est  devenu prédictible,  le cerveau porte moins d’attention, c’est la loi de concentration en PNL.

Malheureusement, Le consumérisme, et le « capitalisme sauvage » contribuent depuis des dizaines d’années grâce aux Médias, à la propagation de ce qu’on appelle « la philosophie hédoniste ».

Cette philosophie correspond au fait  que le bonheur est l’ensemble des plaisirs qu’on acquiert dans la vie et que plus  on obtient des petits plaisirs , plus la qualité de notre vie est meilleure, plus heureux on est.

 Donc le bonheur = Nombre de plaisir (bons moments) – Nombre de douleurs (mauvais moments).

Non mais sérieux ?

Des milliers de personnes pensent que c’est ça le bonheur,  ils vivent dans une sorte de « Moulin de plaisir » qui ne se finit jamais, ils mélangent entre succès et bonheur, mais dès qu’ils obtiennent ce qu’ils voulaient, ils s'en lassent assez rapidement et en veulent plus.

Ils pensent qu’ils se rapprochent du bonheur, mais le moulin ne s’arrête jamais, et beaucoup de fois ils finissent frustrés…

Quand l’axe de ta vie est fixé sur les plaisirs, tu es un consommateur, mais tu n’investis rien pour le futur et tu n’accumules pas de ressources pour la vie.

Lire aussi   :   Comment lutter contre le stress ?

Dans son bouquin « le Bonheur authentique »,  Martin Seligman le père de « La Psychologie positive », écrit  « au contraire du plaisir, le bonheur est quelque-chose de plus durable, plus profonde, car on a un un véritable investissement. »

 Elle n’est pas nécessairement  accompagnée par des constituants sensoriels qui accompagnent les plaisirs, car on n’en a tout simplement  pas besoin : On est si occupé, si absorbé, qu’on perd la conscience de soi, car on a le pressentiment que le temps s’arrête, et c’est là qu'on est attaché au temps, ce que Mike Ckizmilhali appelle "l’écoulement" (the Flow).

Tu fais en sorte que ton rêve ne s’arrête jamais... Tu es dans le moment présent. Tu es « dans la zone », et ça prend toute ton attention.

Le vrai bonheur ça se cultive, ça s’arrose ! Lisez cet article  de Sophie Machot Créatrice du Blog « Concentré de Bonheur » pour comprendre de quoi je parle.

On développe avec du grand plaisir nos compétences pour qu’elles soient au niveau du défi. On fait un effort mental et même physique parfois.

Idée fausse 2 : Le bonheur vient de l’extérieur. 


Une vieille légende hindoue raconte qu'il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux.

Mais ils abusèrent  tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur retirer le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc  de trouver une bonne cachette pour ce pouvoir divin.
Les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, et proposèrent ceci : "Enterrons la divinité de l'homme dans la terre."

Mais Brahma répondit : "Non, cela ne suffit pas, car l'homme  creusera et la trouvera."
Alors les dieux répliquèrent : "Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans."

Mais Brahma répondit de nouveau: "Non, car tôt ou tard, l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface."
Alors les dieux mineurs conclurent : "Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre.

ou dans la mer un endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour."
Alors Brahma dit : "Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à la chercher."

La légende dit que depuis ce temps-là, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré le monde et la lune, escaladé les plus hautes montagnes, plongé dans les profondeurs des océans et foré la terre, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.


Depuis l’enfance, tes parents, et la société t’ont fait croire que le bonheur il faut le chercher, ton point de repère c’est que naturellement tu es quelqu’un de malheureux et tu dois chercher le bonheur « ailleurs » ton bonheur est partout sauf à l’intérieur de toi. Alors que c’est tout-à-fait le contraire.

Ne recherche pas le bonheur dans un IPhone, une Lamborghini, ou une grande Villa, tu ne vas pas le trouver, tu n’a pas à être dépendant de rien afin d’être heureux tu dois juste le croire.


Idée fausse 3 : Il faut des critères pour être heureux 



En tant qu’être humains, on  agit avec chaque situation selon nos propres croyances sur nous même et les autres, mais aussi nos croyances avec ce qui doit arriver afin que nous puissions nous sentir bien.

Je me rappelle le temps ou je reportais mon sentiment de bonheur, jusqu’à ce que j’acquière mes propres « conditions pour le bonheur », c’étaient des conditions strictes que je mettais, quand je j’aurais X je serais heureux, alors que pour être malheureux JE NE METTAIS AUCUN CRITÈRE!

Je ne savais pas que je mettais mon sentiment de bonheur en lien avec ce qui est hors de mes limites personnelles, ce qui me faisait plus de douleur dans ma vie, car j’avais plus de raison de me sentir mal, ce n’était pas suffisant de savoir que la valeur du bonheur était une des plus importante valeurs dans ma vie.

Même de temps en temps je dois me rappeler moi-même. Que je peux me sentir bien quand je veux.

Si tu décides que le sentiment de bonheur est attaché à des choses qui vont dans le sens de ce que tu as planifié, tu ne vas pas toujours atteindre cette valeur, car la vie est une chaîne d’événements changeables.

Bref, tu n’a besoin ni de conditions, ni de critères pour être heureux. 


 
Idée fausse 4 : Le bonheur dépend des autres personnes :

On a était longtemps victime de cette croyance qui dit que le bonheur dépend des autres personnes. Prenons le cas de l’amour :  Les séries à la rose, et les films romantiques, nous ont fait comprendre  que  l’amour n’est vrai,  que quand on est dépendant de l’autre personne, alors que ce n’est que  l’envie de combler le vide qu’on a l’intérieur , et ça devient non seulement une dépendance mais aussi une obsession parfois.


Il est temps de dire qu’on n'a besoin de personne pour être heureux, si on pense que quelqu’un est la source de notre bonheur, on doit réfléchir là-dessus, et arrêter de penser que ça veut dire qu’on s’aime.

Le véritable amour N’EMPECHE PAS INDÉPENDANCE, au contraire il l’encourage.

Ceci s’applique à l’amitié aussi, ainsi qu'à nos relations familiales, on peut se sentir mieux en leur présence,  mais ils n’ont pas la clé de notre propre bonheur, si nous même-qui nous la donnons  nous pouvons la reprendre si on veut.

Idée fausse 5 : Le Bonheur artificiel est un vrai bonheur 



Le bonheur artificiel est une  illusion, la drogue et l’Alcool nous fait penser qu’on est dépendant des substances chimiques, ce qui est pire, car non seulement on n’a aucun investissement, mais c’est quelque-chose dont on n’a pas été habitué.

Ça n’a rien à voir avec du vrai bonheur, on fait activer des hormones d’une manière qui n’est pas naturelle. Et vu que « la région de Broca » est active, notre corps s’adapte quand il s’habitue, et à chaque fois il demande une dose plus grande pour avoir un effet similaire, à chaque fois, et Hop on est accro !

Comme un  accro à l’Héroïne m’a dit une fois « tu passes le reste de ta vie à la recherche de cette première dose …».




Il est temps d’arrêter de voir le bonheur en tant que tel, ceci ne va engendrer que de la frustration, la déception et peut-être même la dépression si ça continue pendant longtemps, et à décider d’être heureux et de savoir qu’on le mérite bel et bien.

Et pour finir voici un article du site Motive-toi qui parle des habitudes que tu ne vas jamais trouver chez les personnes heureuses.
:


Tu as des amis qui croient encore en ces idées fausses sur le bonheur ? Partage cet article  avec eux !

                                                                                                          



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire